Écrire une Pièce du Château des Cent Mille Pièces

Lorsque vous aurez traversé l’Ancienne Forêt qui prend racine au fond du gouffre des Abysses situé de l’autre côté de l’Océan des Tempêtes, vous trouverez, non loin de la Fontaine d’Eternité, un tout petit sentier, qui sent bon la châtaigne-fraise, l’iris de rose et sans doute le vapeurs du petroilium.
Vous allez suivre ce chemin pendant trois jours, pendant qu’il serpente et s’élève tout doucement dans les terres noires des Mille Collines.

Parvenus au pied de la cascade inversée , il vous faudra sans doute prendre un peu de repos, avant d’attaquer la partie finale de votre périple, au coeur des Volcans de Vents.
Plusieurs semaines vous seront nécessaires pour  gravir ces pentes, contourner ces falaises, éviter ces gouffres et trouver votre chemin jusqu’au bord du Monde et ses passerelles.
Vous ne vous laisserez pas impressionner par les remparts antédiluviens destinés à repousser les attaques de créatures sauvages, qui ne sont pas toutes virtuelles.

Escaladez ces ruines, n’écoutez pas les leurres neuroniques installés ici par Monsantoid Inc. : ils sont inoffensifs, ne veulent pas de vous en ces lieux.
Continuez, le long de la crête des nuages, vous serez bientôt hors de portée d’eux, et du reste.
Après le dernier pic, il y a un petit plateau, qui mène au bord du monde.

Savourez la vision qui s’offre à vous…

Le Château des 100 000 pièces est là.
Et les murs, et les tours et les cours et les étages de ce palais s’élèvent, à ce qu’il vous paraît, jusqu’aux premières arches de la Lune.

Si vous avez la force de ne pas tourner les talons à ce moment précis de votre vie, vous traverserez le pont-levis de pierre, de glace et d’acier autonome mêlés.
Vous pousserez, non sans effort, le fantastique portail en corail de chimère, qui fait vingt fois votre taille si vous êtes humain.

Voilà, vous êtes entré dans la première des Cent Mille Pièces du Château : l’entrée, le Cathedrhall… Devant vous, des dizaines de portes, d’escaliers et de corniches. Vous levez les yeux, rempli de crainte et de vertige : votre regard se perd à l’intérieur de la nef, labyrinthe tissé de chemins indistincts, qui finissent par se noyer dans l’obscurité brumeuse des étages supérieurs…

C’est là que commence votre exploration du Château : postez un commentaire, en tant qu’aventurier.

Ecrivez vos propres Pièces : vous faites désormais partie du Château, vous n’en ressortirez qu’une fois la 100000ème Pièce découverte.

Règle du Jeu.

 

1662
Poster un Commentaire

avatar
1661 Comment threads
1 Thread replies
2 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
327 Comment authors
ArthusJécrivaineRozennwyn-SìneSintarashvimwa Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Arthus
Invité
Arthus

LE COULOIR OÙ J’AI CHOISI UNE PORTE D’APRÈS SON PANONCEAU Je prends le temps de fermer la porte le plus doucement possible derrière moi avant de considérer là où je me trouve. Sous mes yeux se déroule un long couloir, tapissé de rouge bordeaux, où s’enchaînent les lourdes portes en bois. Sur celle que je viens de passer, un petit panneau où, stylisé, un lit est représenté. Mes pieds glissant dans l’épaisse moquette, je longe le corridor, détaillant à chaque fois l’affichette indiquant, sans doute, le contenu derrière le panneau. Une casserole. Une lunette d’astronomie. Un coussin. Des toilettes. Un… Read more »

Jécrivaine
Membre
Jécrivaine

LA PIÈCE A LA GLYCINE Aifé J’avais la désagréable impression de sortir d’un rêve, de me réveiller à l’instant. Mais j’étais debout, chancelante, et la tasse de thé que je portais à mes lèvres me serait échappée des mains si un homme ne l’avais pas prise pour la poser sur une petite table en acajou. J’étais surprise, je ne comprenais pas. Je portais une robe blanche d’un style d’empire, et je sentais mes cheveux relevés en un chignon parsemé de perles. À mes oreilles pendaient des boucles dont j’ignorais tout sauf le poids élevé, et je devinais contre ma cheville… Read more »

Arthus
Invité
Arthus

LA PIÈCE DONT JE ME SUIS SORTI DE JUSTESSE Je ne vois du lieu où je viens d’entrer qu’une table de bois et un grand tableau sur le mur, puis le noir se fait. J’entends murmurer. Demander à voix haute qui vient de parler m’est douloureusement insupportable. La voix se fait entendre à nouveau, toujours incompréhensible, mais de plus en plus forte. Cette litanie a l’apparence d’une incantation, d’une magie noire à vous dévorer votre âme, mais la douceur avec laquelle elle est prononcée m’enveloppe comme un cocon. Je ne peux plus bouger. Devant mes yeux ébahis une silhouette lumineuse… Read more »

Rozennwyn-Sìne
Invité
Rozennwyn-Sìne

LA PIECE EN FEU Alors que je passe la porte, je me retourne en sentant la chaleur sur mon visage. Je suis dans une pièce où des flammes montent jusqu’au plafond à intervalle régulier. Le feu crépite et j’ai peur, ma gorge s’assèche mais je sais qu’il est inutile de chercher dans mon sac car je n’ai plus d’eau ou de nourriture. Et je suis si fatiguée, je ne me souviens plus de la dernière fois où j’ai dormi. Cela doit remonter à plusieurs jours, je perds la notion du temps. La solitude commence à me peser mais je ne… Read more »

Rozennwyn-Sìne
Invité
Rozennwyn-Sìne

LA SALLE DE BAIN AUX STATUES La pièce suivante est une salle de bain plutôt spacieuse. Le carrelage blanc et bleu roi en alternance est classique et il couvre même les murs. La pièce est pleine de statues peintes de manière très réalistes. Elles semblent me suivre des yeux et je me sens mal à l’aise. Pourtant, la chaleur étouffante a raison de moi et je me glisse dans l’eau parfumée à la rose qui semble m’attendre dans un bassin de marbre rose. Je me laisse aller un long moment et je retrouve la joie enfantine de jouer avec les… Read more »

Sintara
Invité
Sintara

LE BUREAU DU DIRECTEUR Je suis penchée sur une coupe d’un liquide troublé par des spirales argentées. Je me relevait rapidement, étonnée. Ces transitions entre livres me surprennent encore, je sais pas si je m’habituerais jamais au Château. Je regarde autour de moi. Je suis cette fois avec une forme solide dans une pièce circulaire, au style d’un vieux château anglais. Les murs sont couverts de livres dans des meubles de box sombre, contrastant sur les murs de pierre claire gravés en colones aux lignes pures. Devant un escalier à double hélice se trouvait un bureau en beau bois finement… Read more »

shvimwa
Invité

LA PIECE DE CORAIL Enfin un apaisement… J’ai dormi comme bercé par ton souvenir, tes bras blancs et tes douces chansons. J’ai dormi comme un enfant paisible, blotti contre toi, protégé par ta force. Ton sang qui est nôtre coule aussi en moi, et j’entends son appel. Ô flux tumultueux, ô douce mélodie d’antan ! Comme je te désire, et comme je désire aussi me noyer dans ton image ! Prête-moi ta force, donne-moi ta vigueur, un long chemin m’attend. Autour de moi il n’y a plus que ta lumière. Autour de moi je vois pourtant les murs qui sont… Read more »

Mià
Invité
Mià

LA PIECE LUMINEUSE Quel est ce sentiment horrible ? L’impuissance. Se sentir impuissant, inutile, se dire que l’on n’a rien pu faire et qu’on ne pourra jamais plus rien faire pour changer ce qui est arrivé. Ce sentiment horrible c’est ce que je ressens actuellement alors que j’entre dans une salle tellement jolie. Tellement agréable. Tellement contrastante avec ce que je ressens. De la colère, de la haine, haine envers le destin, envers les autres. Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je suis perdue. Les coussins rouge, rose, orange et jaune. Si jolis. Les canapés rouge, rose, orange… Read more »

Sintara
Invité
Sintara

LA CITE DES ANCIENS Je suis dans un cité étrange. Elle est ancienne, je peux voir une architecture très différente de ce que je connais. Normal dans le Château. Mais ici je sens quelque chose différent, ancien mais préservé, éternel dans le movement du temps, pas pourtant sur les berges de son fleuve. Le temps passe mais la cité reste, quasiment inchangée, mais triste et abandonnée. Elle attend. L’air, la terre, les pierres des bâtiments et des rues attendent. Je les sens se tendre vers le ciel, espérer. Après ma première surprise, je prends conscience de mon corps. Ou plutôt… Read more »

Arthus
Invité
Arthus

LA PIÈCE OÙ J’AI PRIS CONSCIENCE DES DÉGÂTS J’entre ici en titubant, maladroit. Tout mon corps me fait souffrir, comme rétrécit, ratatiné. Mes articulations protestent dans mes pas laborieux. Mon Dieu… je ne crois pas beaucoup en toi… mais je me demande encore comme j’ai pu m’en sortir. Ça tient du miracle. Sans trop y croire, je me tâte, cherchant quel bout manque. Intact. Je suis là, dans mon intégralité. Mais… quelque chose me chiffonne. Sous mes doigts, ma peau est parcheminée. Un miroir, posé là, m’appelle. A travers la crasse qui le recouvre, je me vois. Vieux, usé, fatigué.… Read more »

Arthus
Invité
Arthus

LA PIÈCE OÙ JE SUIS MORT Qui a dit qu’il fallait commencer les histoires par le début ? Si l’on compare la vie à une bobine de fil que l’on dévide, petit à petit, la dernière chose qu’il nous reste dans les doigts à la fin, c’est le bout de la pelote. Ce même bout que l’on aura en premier entre les doigts lorsque l’on voudra remonter le fil de notre vie. À l’envers. Alors c’est ainsi que va commencer mon histoire. Par la fin. Par ma mort. Elle est venue tout doucement. Sur le bout de ses pieds. Elle… Read more »