Écrivez votre Pièce du Château des Cent Mille Pièces

Le Château des 100 000 pièces est situé tout au bout du bord de l’extrême le plus lointain caché derrière les dernières montagnes du monde. Et les murs, et les tours et les cours et les étages de ce palais s’élèvent, à ce qu’il vous paraît, jusqu’aux premiers arcs de la Lune.
 
Si vous avez la force de ne pas tourner les talons à ce moment précis de votre vie, vous traverserez le pont-levis de pierre, de glace et d’acier autonome mêlés.
Vous pousserez, non sans effort, le fantastique portail en corail de chimère, qui fait vingt fois votre taille si vous êtes humain.
Voilà, vous êtes entré dans la première des Cent Mille Pièces du Château.
Devant vous, des dizaines de portes, d’escaliers, d’échelles et de corniches.
Vous levez les yeux, rempli de crainte et de vertige : votre regard se perd à l’intérieur de la nef, labyrinthe tissé de chemins indistincts, qui finissent par se noyer dans l’obscurité brumeuse des étages supérieurs…
 
C’est là que commence votre exploration du Château !
Vous  êtes à la fois le Héros et l’Auteur du Château
En écrivant vos Pièces, vous ferez partie de la communauté de ses explorateurs.
Et vous n’en ressortirez qu’une fois la 100000ème Pièce découverte. (à l’heure actuelle, 1761 pièces ont été explorées)
Pour écrire votre Pièce, postez un commentaire, (voir ci-dessous).
Si c’est votre première participation, merci de consulter  la Règle du Jeu.
 
0 0 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest

1.8K Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Petite goutte d'eau

LA PETITE CHAMBRE La première chose que je vois en entrant est un petit lit en bois au milieu de la pièce. Il semble confortable avec sa couette qui a l’air de tenir bien chaud. La chambre est toute réconfortante, éclairée seulement par une petite lampe de chevet qui diffuse une lumière orangée. Je regarde autour de moi en m’approchant du lit. Un bureau dans l’angle à gauche du lit, un placard intégré à sa droite… L’aménagement de la chambre me dit curieusement quelque chose. « C’est bizarre, ça a l’air d’être une copie conforme du plan de mon ancienne chambre… Read more »

Le grim

L’ARRIERE CUISINE A LA MOISISSURE ARDENTE. Quand la faim taraude, que le ventre gémit et que les vertiges remplacent idées et volonté, c’est qu’il est l’heure de manger. Dans mon cas, celle-ci était passé d’au moins quatre heures et je me sentais défaillir. Une nouvelle fois je maudis la malédiction qu’on m’infligea au 49 ème étage, affectant ma gestion de l’appétit :  » Tu mangeras donc toutes les heures puisque tu ne veux pas de moi » Elle ne plaisantait pas, l’atroce cuisinière boursouflée : perçant l’une de ses pustules de graisse qui pendaient en grappes huileuses de toutes les portions… Read more »

Cloclosiku

LE BALCON AUX HORTENSIAS Lorsque j’ouvrais la porte en bois, la première chose qui me frappa fut le vent. Il n’était pas violent, loin de là, c’était une légère brise, mais voilà des années que je n’avais pas senti le vent sur mon visage. Malgré toutes mes prétentions, ma fierté d’aventurière, je m’étais, comme tant d’autres, laissée entraîner peu à peu dans les méandres du Château jusqu’à en perdre toute notion de temps, d’espace, et même à en oublier la raison de ma présence. Voilà huit ans que j’avançais dans un couloir sans fin, trouvant toutes les portes fermées, la… Read more »

Petite goutte d'eau

LE JARDIN SPÉCIAL FÊTES D’ANNIVERSAIRES 4 jours semblent s’être déroulées dans le toboggan tellement j’ai faim, je remarque une fois la tête sortie du conduit rose. Une lumière chaude m’aveugle tandis que mes mains se posent sur de l’herbe. Cela fait bien longtemps que j’ai vu de la nature, du soleil ou juste l’extérieur. Je me mets debout et, m’étirant en même temps, je commence à regarder autour de moi. Je suis dans un jardin. Les arbres et plantes s’étendent jusqu’à des murs immenses dressés autour du parc. Le soleil est à son zénith ce qui lui permet de me… Read more »

Naj

LE CABINET DE CURIOSITES EN DEMENAGEMENT J’ai à peine posé un pied dans la pièce que son atmosphère agresse mes bronches. Son effluve est indéfinissable ; j’y décèle à la fois l’odeur des livres jaunis, enfouis sous une fourmilière de moutons de poussière, et celle du vinaigre blanc mêlé au liquide vaisselle amande amère (une expérience chimique qui aurait mal tourné ?). Impossible de déterminer s’il s’agit de la demeure d’un savant maniaque de la propreté ou de l’antre d’un lutin bibliothécaire. Quoiqu’il en soit, son occupant a déserté les lieux : il ne reste plus, au milieu de la pièce, que… Read more »

Miss Lovegood

LA PIECE ASPIRATEUR (AUTREMENT APPELEE LA PIECE OU JE ME SUIS RENDU COMPTE DE MA VULNERABILITE) Je déambulais tout à fait tranquillement dans le Château, accompagné de Poussières d’Etoiles. Nous étions parfaitement calmes et apaisés. Il faut dire que nous avions eu le temps de faire une petite sieste de deux belles années depuis la dernière pièce que nous avions explorée. J’ouvris donc une énième porte en songeant paisiblement aux rêves qui m’avaient accompagné durant ce long somme. Ce nouvel endroit était d’une grande simplicité : il s’agissait uniquement de blanc. Les murs étaient blancs, le plafond était blanc, le… Read more »

Zigzag

LE BUREAU DE L’AGENT IMMOBILIER J’avais dû m’assoupir dans une précédente pièce car moi, Qwerty, me sentais désormais comme élancée et étirée, trop grande pour les bottes qui me semblaient autrefois si hautes. Et puis, je me sentais un peu lasse de l’exploration, comme prisonnière, comme piégée, par ces murs serpentant dans l’édifice. La pièce dont je parle, cela dit, me sembla assez belle à regarder. Moulures, tableaux et statues, extrêmement symboliques et allégoriques. Des gens, femmes et hommes, nus et dotés d’attributs, animaux, végétaux et objets. Ce clinquant semblait dire : regardez, admirez, et écoutez. Un bureau, entre deux… Read more »